Les semis

Nous revoilà pour un nouvel article sur le jardin zéro déchet. On a prévu de vous parler aujourd’hui des semis. Alors vous allez vous demander quel est le rapport avec le zéro déchet? Et bien il est multiple!

Lorsque l’on projette de faire un potager pour le plaisir de cultiver un petit bout de terre ou pour carrément viser l’autonomie d’un point de vue fruits et légumes, il est important d’y réfléchir en amont afin de ne pas produire autant de déchet que dans le maraîchage conventionnel voir industriel.

Au potager tout commence avec une graine. On l’oublie parfois et on serait tenté d’aller acheter nos plants de laitue, de tomate ou encore nos herbes aromatiques directement à la jardinerie. Or ces derniers sont rarement bio, encore moins issus de semences paysannes et reproductibles, dans du terreau de faible qualité, et entourés d’un pot en plastique lui même entouré d’une barquette en plastique sur laquelle est accrochée une étiquette plastifiée. Bref vous l’aurez compris on s’éloigne de la démarche zéro déchet.

Pour ce qui est des graines je vous conseille de faire vous même vos semis en vous fournissant chez des semenciers dont l’éthique est bien différente de celle des géants type Monsanto ou Bayer. Pourquoi? Parce qu’il existe des solutions pour vous procurer des semences dites libres et reproductibles contrairement à celle de la grande distribution dites F1 qui sont modifiées génétiquement et non reproductibles. Autrement dit lorsque vous faites le choix d’acheter des graines reproductibles vous ne les achetez qu’une seule fois. Parce que tous les ans vous allez récupérer les pépins de vos tomates, de vos potimarrons, de vos courgettes etc et laisser quelques pieds de vos plantes qui ne produisent pas de pépins, comme la salade, la roquette, les épinards, le cresson, les choux etc monter en fleurs puis récupérer les graines afin de les resemer l’année suivante. C’est beau de ne plus être dépendant de qui que ce soit non?

Pour vous procurer ce type de graines il y a bien sûr les plus connus tel que Kokopelli et la ferme de Sainte Marthe mais vous en trouverez d’autre sur n’importe quel moteur de recherche que je n’ai pas tester personnellement. Renseignez vous également si près de chez vous il n’y a pas de troc de graines d’organiser ou encore des grainothèques dans les mairies ou bibliothèques. A ma connaissance près de Vernon il y en a notamment une à la médiathèque de Pacy sur Eure et à la bibliothèque de Saint Pierre de Bailleul. Si vous en connaissez d’autre dans le coin n’hésitez pas à partager en commentaire.

A savoir qu’en matière de zéro déchet Kokopelli et la ferme de Sainte Marthe vous livrent dans des emballages type papier kraft entièrement recyclable et même compostable.

Vous avez vos graines, il ne manque plus qu’à s’y mettre, avril est le mois idéal! Pas nécessaire d’acheter des petits pots spécial semis. Il vous suffit de réutiliser tout ce qu’il y a dans votre poubelle : des rouleaux de papier WC, des pots de yaourt, des pots de crème fraîche, le fond des bouteilles en plastiques, les briques de lait ou de jus de fruit, les caisses en polystyrène des poissonniers, les barquettes de viande et même les coquilles d’oeuf! Bien sur vous pouvez également récupérer tout cela autour de vous en sollicitant votre entourage.

Pour le terreau une version zéro déchet existe également. Nul besoin d’acheter le terreau spécial semis (car très fin) vendu très cher dans un sac en plastique non recyclable en jardinerie. Ce dernier même lorsqu’il est écrit dessus « compatible agriculture bio » est bien souvent enrichi, il contient des anti-agglomérant etc. Afin de boycotter ce terreau il vous suffit d’avoir un tamis et de tamiser ce que vous avez sous la main, idéalement un mélange de terre de jardin, de terre de compost (ah vous voyez il est indispensable ce compost, pour rappel un article y est consacré ici) ou encore du compost de déchetterie (si vous n’en avez pas). A quoi vous pourrez rajouter un peu de sable si votre terre vous semble trop lourde. Rien de plus simple!

Les semis qui nécessite beaucoup de chaleur peuvent rester à l’intérieur de la maison derrière une fenêtre quant aux autres elles peuvent aller au jardin sous une serre ou simplement un châssis fabriqué avec des vieilles fenêtres chinées à droite à gauche. Vous trouverez des tas de tuto sur internet pour en fabriquer un plus ou moins sophistiqué mais n’oubliez pas le but et de se débrouiller avec ce que l’on a sous la main et si possible qui d’ordinaire aurait fini à la poubelle.

Un dernier petit conseil : n’oubliez pas d’étiqueter ce que vous avez semer au fur et à mesure pour ne pas oublier. Pour se faire utiliser des bâtons de glaces, des branches, des morceaux d’ardoise, des galets ou encore des bouchons de liège.

Voilà vous savez tout sur les semis version zéro déchet! Et pour ceux qui n’ont pas de jardin sachez qu’il est possible de cultiver un tas de choses sur un balcon, une terrasse, un simple rebord de fenêtre ou même de vous rapprocher du responsable de la copropriété afin d’investir les toits de l’immeuble ou la cour partagée.

N’hésitez pas à partager avec nous vos connaissances sur le sujet, vos astuces, vos conseils et même vos photos de semis sur Instagram ou Facebook!

Laura pour Zéro Dèch’

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *